Kingdom Come Deliverance - Un an après, le bilan.

Notre bilan sur les forces et faiblesses de Kingdom Come Deliverance, un an après sa sortie. Vaut-il le coût d'investir maintenant?...

il y a 3 mois

Dernier Article Escape from Tarkov. Raid. Episode 1. par Surcouf Le Breton

C'était il y a un peu plus d'un an que nos contrées accueillaient Kingdom Come Deliverance : Un RPG médiéval se voulant réaliste ; sous titré d’ailleurs par ses créateurs : « Des donjons mais pas de dragons ». La messe était dite : finis les jeux d’héroïque fantasy ou mages et nains s'affrontent dans un fracas d'éclairs et de FX's en tout genre. Ici, on est dans le moyen âge, le plus pur et le plus dur qu'on ait pu nous proposer jusqu'ici dans le monde vidéoludique.
Mais a t-il tenu ses promesses ? Voici notre bilan, un an après :

C'est l'heure du jugement Henry!

Premier jeu développé par le studio Tchèque Warhorse Studios et édité par Deep Silver, Ce RPG/Solo est issu d'une campagne de financement participatif débutée en 2011. Ce système économique leur permit de lever plus de 2 millions de dollars. Estimée à 36,5 millions de dollars de coût de développement, une première version Alpha est proposée en 2014 dans le but de renforcer les rentrées d'argent. Et c'est le 13 février 2018 que le jeux sortait sur PC, PS4 et Xbox One.

Un chevalier n'est rien sans sa monture...

Accueilli positivement par la presse et les joueurs (à l'heure actuelle noté respectivement 76 et 81 sur métacritic) pour sa représentation historique fidèle, son scénario fouillé et son gameplay réaliste (un peu trop pour certains joueurs) ;
il sera néanmoins critiqué pour ses nombreux bugs : missions secondaires bloquées, synchro voix et traduction souvent à la ramasse, PNJ's qui s'évaporaient ou qui étaient tout simplement décédés sans l'intervention du joueur. Et ça c'est sans parler de bugs plus rares mais plus embêtants ou la progression principale était carrément cassée, laissant le plaisir au joueur de recharger une sauvegarde plus ancienne ou de devoir tout recommencer.

Car oui, il est important de noter que le jeu ne nous laissait pas sauvegarder lorsqu'on le souhaitait : Ils nous fallait soit dormir dans un lit, soit boire une potion (qui n'est pas facile à acquérir en début de jeu). Problème résolu lors des mises à jour qui ont suivi avec l'ajout d'une option « sauvegarder et quitter » : ne résolvant pas le souci de certains bugs bloquants mais permettant au joueur de pouvoir quitter la partie quand il le souhaite, sans risquer de perdre sa progression.

Un an après, tous ces soucis majeurs semblent être résolus au fil des mises à jour s’accompagnant de pack de texture et de son HD. J'ai, moi-même, pu compléter des missions secondaires bloquées alors que j'avais fini le jeu depuis un moment : Ouf !

Il ne manquait qu'un rayon de soleil d’optimisation pour pouvoir apprécier le jeux à sa juste valeur.

Au fur et à mesure, KCD s'est aussi enrichi de DLC rallongeant quelque peu la durée de vie déjà bien conséquente sur l'aventure principale :

La feuille de route 2018/2019 des DLC's.

Un an après, si on fait le bilan sur ses forces et ses faiblesses, Kingdom Come Deliverance vaut-il le coût ?

Et bien de mon avis personnel : Oui. Surtout qu'étant féru d'époque médiévale depuis mon jeune âge, je ne me suis pas fait prier (à part peut être au monastère) pour parcourir les terres de la Bohême du début du 15 ème siècle : Un coup forgeron, un coup moine ou homme à tout faire du seigneur Divish... C'est l’ascension sociale de l'époque qui nous est proposée au travers des yeux du protagoniste et personnage qu'on incarne : Henry «Hal» fils du forgeron de Skalitz.
Son épopée a de quoi vous tenir de nombreuses heures en haleine, aussi bien au niveau de l'aventure principale que secondaire. Cette dernière bénéficie d'une écriture aussi qualitative que la trame générale. On regrettera le manque d'évolution des compétences de combat ennemies qui ne s'adaptent pas au niveau de celui du joueur. Ce qui rend certains combats beaucoup trop faciles.

Bref, j'ai vécu la Vie avec un grand V d'un quidam de 1403 à qui le destin va jouer de sacrés tours... Et si on fait l'impasse sur les bugs des premiers mois, Kingdom Come Deliverance est une pépite scénaristique et immersive ; avec une mention spéciale pour la bande son composée par Jan Valta : Un vrai régal !

Pour conclure : cette simulation est au Moyen Age (et ça n'engage que moi) ce que Red dead 2 est au Western : Un hommage !

Aquilae

Publié il y a 3 mois

Commentaires?

Laissez nous votre avis

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez les nouvelles directement sur votre email.

Game'o'Matic © 2019.