2 déc. 2020 2 min de lecture

Assassin's Creed Valhalla : Un bon jeu, bien buggé !

Assassin's Creed Valhalla : Un bon jeu, bien buggé !

En cette fin de mois de novembre, une vingtaine de jours après la sortie de AC Valhalla, nous ne revenons pas sur les forces (largement relayées par la presse) mais sur les faiblesses du titre et plus particulièrement celles d'ordre technique...

Ubisoft n'apprendrait-il pas de ses erreurs au bout de plusieurs années de polémiques quant à la sortie de leurs « triples A » ?
On se souvient récemment des jeux comme Ghost Recon Breakpoint mais on peut aussi remonter un peu plus en arrière avec des titres comme Assassin's Creed Unity, Watch Dogs ou encore, pour ceux qui s'en souviennent, Far Cry 2.

Ce n'est pas nouveau !

Cela fait maintenant plus d'une dizaine d'années que l'éditeur Français sort des jeux bogués qui enflamment la toile sur les divers forums consacrés au gaming.
Et hélas, Assassin's Creed Valhalla, son dernier bébé, attendu par les fans comme le saint Graal, n'échappe pas à la sacro-sainte règle du jeu sorti trop tôt.

Bourré de qualités scénaristiques, de bonnes phases de Gameplay (les raids par exemple), mais aussi de faiblesses pour ces deux mêmes aspects (le déplacement ainsi que le système de parkour du personnage sont d'une lourdeur, et le scénario souvent convenu…), le titre se retrouve surtout frustrant pour une grande partie des joueurs qui ont eu affaire à des bugs, de type bloquants pour la plupart.

Hormis les bugs sympathiques, comme le personnage coincé dans le décor ou flottant dans les airs, qui peuvent être annulés d'un simple chargement de sauvegarde, d'autres sont bien plus problématiques :

  • Quêtes principales ou secondaires bloquées car on ne peut plus interagir avec un PNJ.
  • Certains vendeurs du camp bloqués car on ne peut plus interagir avec eux.
  • Cartes aux trésors ne se validant pas une fois le trésor trouvé.

Bref, vous l'aurez compris, pas besoin d'aller plus loin pour se rendre compte qu'une multitude de joueur ne peut, à l'heure actuelle, pas finir l'histoire principale ou atteindre les 100% de jeu.

N'aurait-il pas fallu sortir le jeu avec quelques mois de développement supplémentaires ?

En effet, il est clair que les personnes ayant dépensé de 60 à 120 € (en fonction des éditions, hors collector à 200 €) ont l'amer goût d'avoir payé pour servir de bêta testeurs et essuyer les pots cassés. Sachant que bêta testeur est à la base un métier rémunéré, là c'est carrément le monde à l'envers !

À l'avenir, les joueurs devraient prendre conscience de ce type de procédés qui n'est d'ailleurs pas unique à Ubisoft, et de plus en plus courant. Ne plus acheter les jeux lors de leurs premiers mois de commercialisation ferait peut-être prendre conscience aux éditeurs que comme le disait si bien Jean De La Fontaine : Rien ne sert de courir...


Relu et corrigé par : Julie

Aquilae
Aquilae
Membre fondateur / Community Manager / Auteur.

Rejoindre la conversation

Génial! Vous vous êtes inscrit avec succès.
Bienvenue à nouveau! Vous vous êtes connecté avec succès.
Vous vous êtes abonné avec succès à Game'o'Matic.
Votre lien a expiré.
Succès! Vérifiez votre e-mail pour le lien magique pour vous connecter.
Succès! Vos informations de facturation ont été mises à jour.
Votre facturation n'a pas été mise à jour.